• Certosa di Pavia - Extérieur du premier vestibule : fresques de Bernardino de Rossi
  • Certosa di Pavia - détail de la façade de l'église
  • Certosa di Pavia - le petit cloître


La Chartreuse de Pavie

Certosa di Pavia

Il serait insensé d’aller à Pavie sans se rendre, à huit kilomètres de là, à la Certosa (Chartreuse) fondée en 1396 par Jean-Galéas Visconti, dans le but d’offrir un mausolée à sa famille. L’édifice fut construit entre le XVème et le XVIème siècle. Il est en rase campagne, au calme, protégé par une longue enceinte. On y accède en passant sous un porche ravissant. Dès qu’on a franchi les grilles, on a la Chartreuse en face de soi, de l’autre côté du jardin, à une centaine de mètres. C’est un choc.

la chartreuse de Pavie

A gauche, le portail et les fresques (Bernardino Luini) du premier vestibule. A droite, la voûte du premier vestibule et les fresques de Bernardino de Rossi - circa 1454.


La beauté de la façade vous fait dans un premier temps oublier les bâtiments qui l’entourent. Pourtant, à droite, l’ancien palais des Ducs de Milan (1625) est remarquable. Mais la Chartreuse se dresse, éclatante. La façade est à la fois très ornée, même à profusion, et cependant simple et nette : son équilibre est parfait, et les lignes élancées de ses arcades et de ses niches contribuent à donner cette impression de pureté. Elle fut achevée en 1470, sous la direction du Giovanni Antonio Amadeo, par ailleurs architecte de la chapelle Colleoni à Bergame. Evidemment, il faut souhaiter que votre visite ne soit pas gâchée par la pluie : c’est dehors, plantés devant la Chartreuse, que vous resterez béats, pendant de longues minutes…

chartreuse de Pavie

A gauche, depuis le second vestibule, découverte de l'esplanade rectangulaire (110 mètres de long et 46 mètres de large) et de la façade en marbre de l'église. A droite, la façade de l'église et le palais ducal (résidence d'été des ducs Visconti et Sforza).


A l’extérieur toujours, à gauche de la façade, l’ensemble de style gothique-lombard mérite aussi votre admiration. L’intérieur est de structure gothique, superbe et imposant. Trois nefs, une principale et deux latérales. Quatorze chapelles. Toutes à voir, pour les chef-d’œuvres qu’elles recèlent. Sans doute remarquerez-vous aussi, sur la paroi gauche de la nef, un Chartreux qui vous observe, discrètement, pour vous rappeler sans doute au silence et à la méditation…

chartreuse de Pavie

A gauche : trompe l'oeil de Bernardino de Fossano, visible sur la paroi gauche de la nef près de l'entrée de l'église. A droite, l'imposante grille baroque en fer forgé et bronze qui sépare la nef centrale du transept. Sa conception initiale est de Francesco Villa, mais elle a été réalisée par Pietro Ripa et Antonio Scagno - circa 1660. La partie supérieure est ornée de statues, entre autres : (au centre) celle de Notre-Dame de l'Assomption et (sur les côtés) celles des fondateurs de la Chartreuse, Caterina et Gian Galeazzo Visconti.


Après avoir passé la grille de style baroque, ne manquez ni le monument funéraire de Ludovic le More et de Béatrice d’Este, ni le célèbre triptyque réalisé par Baldassare degli Embriachi, en dents d'hippopotame et en ivoire, ni les fresques du Bergognone. Le petit cloître est une merveille. Cinquante arcades agrémentées de décorations en terre cuite. La pierre rouge lombarde donne une harmonie d’autant plus étonnante qu’elle joue avec rouge plus vif du parterre de fleurs. Le grand cloître, gigantesque, œuvre du XVème siècle, est bordé par les cellules de moines. Il nous est impossible d’indiquer et encore moins de décrire toutes les merveilles que propose la Chartreuse de Pavie aux regards des visiteurs. Nous nous sommes contentés de vous inciter à vous y rendre, et même d’en faire un but de voyage. Pas un but unique, certes : être en Italie et ne voir qu’un seul édifice, fût-il exceptionnellement beau, est toujours frustrant…

chartreuse de Pavie

A gauche, dans le transept de l'église, les gisants de Ludovic Le More et Béatrice d'Este, sculptés en 1497 par Cristoforo Solari. A droite, détail du triptyque de Baldassare degli Embriachi, conservé dans l'ancienne sacristie. Le triptyque est composé de 62 bas-reliefs en dents d'hippopotame et os de différents animaux représentant la Légende des Rois Mages et des Histoires du Christ et de la Vierge. 92 petites sculptures sont nichées dans ses contreforts et son socle.


Pour mettre l'eau à la bouche de ceux qui iront et consoler ceux qui ne pourront s'y rendre, une visite virtuelle de la Chartreuse de Pavie.

Galerie 1 : de l'extérieur à la découverte de l'esplanade et de l'église.
A noter (photo 2), la profusion des éléments décoratifs qui, dès l'extérieur du premier vestibule (1454), augure de l'incroyable richesse artistique du lieu. Le visiteur est accueilli par des fresques de Bernardino de Rossi : dans l'arc, l'Annonciation - au centre (entre la Vierge et l'Ange), les armes des Sforza-Visconti soutenues par ds angelots et entourées d'une frise Renaissance - dans la partie supérieure (voir détail dans le slideshow), Dieu le Père créant le monde est entouré par le Prophète Jérémie, le Roi Salomon, le Prophète Ezéchiel et le Prophète Isaïe.

Galerie 2 : du second vestibule à l'église de la Chartreuse de Pavie.
La construction de la façade est postérieure à celle de l'église proprement dite et quarante ans séparent la réalisation de sa partie inférieure (riche en sculptures) et celle de sa partie supérieure. De style Renaissance lombarde, elle mesure 32 mètres de haut et 40 mètres de large. Elle est ornée de six piliers qui donnent un sentiment de verticalité à l'ensemble malgré l'absence de fronton, car elle n'a jamais été terminée. Le projet initial de l'ouvrage est attribué à Guiniforte Solari, mais de nombreux sculpteurs contribuèrent à son élaboration : Giovanni Antonio Amadeo, Cristoforo et Antonio Mantegazza, Benedetto Briosco, Dolcebuono, Antonio della Porta... et Cristoforo Lombardi (1540 - 1560 pour la partie supérieure). Le portail, dessiné par Benedetto Briosco est attribué à Giovanni Antonio Amadeo et Dolcebuono.

Galerie 3 : détails de la façade dans sa partie inférieure, médaillons, bas et hauts-reliefs, statues...
La façade s'articule en éléments rectangulaires symétriques de part et d'autre de l'axe central du portail. De la plinthe au sommet de l'édifice, on reste émerveillé et ébahi par la profusion des œuvres. La plinthe est décorée de médaillons (des moines et des personnages historiques), au-dessus on trouve une rangée de panneaux qui relatent la vie de Jésus avec les Saints et les prophètes en alternance avec des statuettes allégoriques et des anges nichés dans la base des piliers. Ensuite, le niveau des fenêtres géminées (deux sont aveugles), sculptées par Giovanni Antonio Amadeo. Pour terminer, deux sculptures du premier niveau de galeries.


Respectueux des règlements, nous n'avons pas pris de photos de l'église. Règle que les moines assurant la visite dans le transept, peu nombreux, peinent à faire respecter. Certains visiteurs poussent même l'inconvenance jusqu'à faire crépiter les flashes sous le nez du moine-guide. D'un regard réprobateur, il tente d'inviter le groupe à un peu de tenue… La visite de cette splendeur étant gratuite, il est de bonne guerre pourtant de s'y plier et de faire l'acquisition pour une somme modeste (7 €) du livre édité par le monastère.

Galerie 4 : les cloîtres et une photo aérienne de la Chartreuse pour mieux en comprendre le plan.
Le petit cloître (1462 - 1470) est accolé à l'église. On doit son architecture à Guiniforte Solari. Les terres cuites des cinquante arches sont de Rinaldo de Stauris. Amadeo, Francesco Solari, Cristoforo Mantegazza et Gerolamo de Cairate ont sans doute aussi collaboré à sa décoration. Le grand cloître achevé en 1472 est également dû à Guiniforte Solari. Il est rectangulaire et impressionnant par sa taille : 124 mètres de long sur 102 mètres de large, 123 arcades en terre cuite soutenues par des colonnes en marbres. La partie ornementale est due aux mêmes artistes que celle du petit cloître, mais aussi à Antonio de Lecco et à Antonio Rizzo de Vérone – ce dernier étant considéré comme un des meilleurs sculpteurs vénitiens du XVe siècle.

chartreuse_pavie_fresque

Détail d'une des fresques de l'arrière du transept


La Chartreuse de Pavie se visite tous les jours de l'année sauf le lundi, exception faite des lundis fériés.
Ouverture de 9 h 30 à 11 h 30 et de 14 h 30 à 17 h 30 (attention d'octobre à avril horaires de fermeture basés sur l'heure de coucher du soleil)
La visite est gratuite, il est donc de bon ton de laisser une obole ou d'acheter quelque production du monastère.

La Chartreuse se situe à une petite dizaine de kilomètres au nord de Paviecarte pavie chartreuse

Pour connaitre l'itinéraire détaillé Pavie - Chartreuse de Pavie cliquer dans la carte ci-dessus



A seulement 33 kilomètres du centre de Milan, la visite peut aisément se concevoir comme excursion lors d'un séjour dans cette ville.
carte milan chartreuse

Pour connaitre l'itinéraire détaillé Milan centre - Chartreuse de Pavie cliquer dans la carte ci-dessus



chartreuse_5

Une des sculpture de la face latérale gauche du pilier à l'extrême gauche de la façade de l'église

Pages :  
  • AVIS DE LA REDACTION

  • 0

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE : EUROPE MONUMENTS

classés par :

NUAGE TAGS

LES NOTES TENTATIONS

POURQUOI PAS

BIEN

TRES BIEN

REMARQUABLE

EXCEPTIONNEL

 

RECHERCHE

 

DERNIERES VIDEOS

piscine
 
 
st malo petit be
 
 
grand_hotel
 

PUBLICITE

La Piscine - Roubaix
Musée d'Art et d'Industrie André Diligent
Fine Art TV
Fine Art Tv est dédié au monde de l'image et au domaine artistique. Chaque semaine vous partagez avec nous le meilleur des courants artistiques
Palais des Beaux Arts de Lille
Un des musées les plus intéressants de France

LES TWEETS DE LA REDACTION

GALERIE PHOTOS

chartreuse_pavieparc_montsourisfougeres_sur_bievre
mette_ribeauvilledecoret_vichyla_piscine_roubaix
brierebreteschehotel agapa