• La Piscine à Roubaix : la statuaire autour du bassin
  • La Piscine à Roubaix : l'accès au musée par le Jardin Thérèse Constans
  • La Piscine à Roubaix : dans le Jardin Thérèse Constans, " Trois Cailloux " œuvre d'Agnès Decoux et Serge Bottagisio
  • La Piscine à Roubaix : le Bassin et sa statuaire vus du 1er étage
  • La Piscine à Roubaix : le Bassin - galerie du 1er et vitrail restauré par Luc-Benoît Brouard


La Piscine

Roubaix - Nord - Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Une visite extrêmement bien venue chez les ch’tis consiste à se rendre directement à Roubaix, rue de l’Espérance, et à passer quelques heures à la Piscine. Vaut le voyage, comme on dit. La Piscine, comme son nom l’indique, est d’abord un long bassin, entouré de cabines. Comme son nom ne l’indique pas, personne ne s’y baigne, mais tout le monde regarde. Cela vaut vraiment le coup d’œil. L'originalité du Musée d'Art et d'industrie est d'avoir préservé (et restauré !) le lieu où il s'est installé. L'endroit le méritait. Est-ce la magie du lieu qui opère ? L'accueil réservé ici aux visiteurs est joyeux, plein d'enthousiasme exempt d'ostentation. Chacun semble fier et heureux de travailler dans ce musée. Faites-leur plaisir, faites-vous plaisir : allez à la Piscine !
la_piscine_roubaix

Le Musée d'Art et d'industrie André Diligent, loin de renier la destination première de ses bâtiments, multiplie les références à la piscine d'origine. Une immense photo rappelle les belles heures des lieux. L'entrée du musée n'est plus celle de la piscine d'antan, qui se situait rue des Champs. L'ancienne usine textile Hannart a été annexée et restructurée pour créer l'accès au musée.

Plan du musée : 1 / L'entrée rue de l'Espérance. 2 / Le Jardin Thérèse Constans. 3 / Le hall d'accueil. 4 / La Boutique. 5 / Le Restaurant Meert. 6 / Le Bassin. 7 / Salles d'exposition. 8 / Le Jardin Intérieur. L'aile non numérotée est l'ancienne entrée de La Piscine de Roubaix. Au 26 de la rue des Champs, on peut voir la façade de style byzantin qui a été conservée.

Galerie 1 : arrivée à La Piscine, premières impressions : bel hommage à l'architecture industrielle du nord de la France qui caractérise parfaitement le musée. Murs de briques, cheminée d'usine et sculptures, l'art et l'industrie sont d'emblée réunis.

Naissance et résurrection de La Piscine
En 1922, la ville de Roubaix charge l'architecte Albert Baert de mettre en œuvre un projet d'envergure : bâtir la plus belle piscine de France. En dépit des difficultés techniques et financières, après cinq années de travaux, la piscine ouvre en 1932. Ce n'est pas juste un bassin de natation. On y trouve aussi des cabines de bains avec baignoire, un bain de vapeur, une laverie, une terrasse solarium, un coiffeur et… un bar. Splendide architecture Art Déco, bassin en mosaïques éclairé par deux verrières symbolisant le levant et le couchant : au-delà de l'esprit hygiéniste on baigne ici dans une ambiance magique. Cela vaut encore pour le visiteur du musée aujourd'hui. L'établissement de bains ferme ses portes en 1985 pour des problèmes de sécurité (fragilité de la voûte), La Piscine renaît en 2001. L'histoire se répète, dit-on : il faudra à peu près le même temps pour ressusciter La piscine qu'il en a fallu pour la créer. L'architecte de la renaissance est Jean-Paul Philippon qui avait auparavant mis son talent au service de la transformation de la gare d'Orsay en musée. Des planchers en gradins placés le long du bassin Art Déco de cinquante mètres forment un promenoir où l'on admire une statuaire des XIXème et XXème siècles, veillée par les deux vitraux restaurés par monsieur Brouard, maître verrier. Les anciennes cabines sont transformées en vitrines. Le portique en grès émaillé polychrome de Sandier, une œuvre conçue pour la bibliothèque du pavillon français de l'Exposition Universelle de Gand en 1913, nous attire vers les autres salles d'expositions…

Galerie 2 : à La Piscine, on apprécie le musée tout autant que les collections. Le lieu reste imprégné de son passé. La conception initiale (le plan d'une abbaye : quatre ailes autour d'un cloître -le jardin-), conservée lors de la rénovation, offre une circulation agréable et une atmosphère apaisante propices à la contemplation des œuvres.

La statuaire des XIXe et XXe siècles mise en scène autour du bassin
Souvent, les visiteurs d’un musée s’arrêtent devant les tableaux, pleins de couleur, de personnage, ou de lignes et de formes, et négligent les sculptures, sauf s’il s’agit d’œuvres célèbres, comme la Vénus de Milo. C’est une erreur dont le musée de Roubaix oblige ceux qui la commettent à ne pas la renouveler : ici, les sculptures attirent le regard, tellement elles sont bien présentées et d’une haute qualité esthétique. Il faut dire que l’architecte Jean-Paul Philippon a recréé un espace magnifique dans la salle principale, celle du bassin de la Piscine, au sein duquel les sculptures jaillissent et frappent les regards.

statuaire_la_piscine_roubaix

D’autres œuvres sculptées vous accompagnent tout au long de votre visite, salle après salle. Les artistes présents sont nombreux : aux côtés des grands maîtres, tels Rodin, Camille Claudel, ou François Pompon, des maîtres moins célèbres, dont certains soutiennent la comparaison avec les premiers cités. Félix Joffre, par exemple, avec son « athlète » (1938), mais aussi une « Eve et le serpent », plâtre de Marcel Mérignargues (1936), ou encore une violente « chasse au Nègre » de Charles-Marie-Félix Martin (1889). Bien sûr, on admirera chez les grands maitres un « Ours Blanc » (1922), plâtre de Pompon, la merveilleuse « Petite Châtelaine » de Camille Claudel (1896), et un « buste de Dalou » (sculpteur lui-même), d’Auguste Rodin (1883). Nous ne pouvons évidemment rendre compte de toutes les œuvres. Elles sont à découvrir, absolument.

rodin_pompon_claudel

De gauche à droite : buste de Dalou d'Auguste Rodin (1840 -1917), Ours Blanc de François Pompon (1855 -1933) et La Petite Châtelaine de Camille Claudel (1864-1943)

Galerie 1 : quelques sculptures du musée de La Piscine, les gracieux nus du Bassin - Diane Chasseresse d'Ary Bitter, Amphitrite d'Eugène Deplechin, Eve et le Serpent de Marcel Mérignargues... d'autres encore, dont nous avons omis de noter les noms mais dont le charme vous incitera à vous rendre à La Piscine. Pour finir, La Demoiselle au Luth de Jean et Joël Martel exposée dans la salle de la figure moderne.

Galerie 2 : toujours autour du Bassin, des œuvres "moins riantes", mais dignes d'intérêt, La Foi et L'Espérance d'Alfred Boucher, Le Grand Paysan d'Amédée-Jules Dalou, Le Bucheron de la Forêt de La Londe de Paul Richer, Le Semeur d'Alphose-Amédée Cordonnier, L'Athlète de Félix Joffre, Lulli d'Alexandre Schoenewerk, Haendel de Jules Salmson. Dans d'autres salles du Musée, La Délivrance de Pierre Roche et La Chasse au Nègre de Charles-Marie-Félix Martin.

exposition_peintures_la_piscine

Comme la collection de sculptures, celle des peintures offre au visiteur un choix remarquable d’œuvres de maîtres reconnus, voire célèbres, et de « petits maîtres ». Les unes comme les autres valent qu’on s’arrête devant elles. En effet, les Van Dongen (« le bateau du Havre à Trouville »), Fantin-Latour (« Au bord de la mer » – 1903, « Diane ») , Foujita (« Au café », 1949) Gromaire(« l’Abolition de l’Esclavage, 1950 »), ou encore un Bonnard (« portrait de madame Emile Bernheim, 1916) ou un Tamara de Lempicka ( « la communiante », 1903), sont en bonne place sur les murs de la Piscine. Mais ces artistes de renom ne font aucune ombre aux étonnants peintres du XIXème siècle, dont les œuvres attirent l’œil par d’autres qualités ou particularités– un réalisme aidé par une technique hors pair, un goût de l’allégorie parfois risible, des scènes de la vie bourgeoise, ou même un certain érotisme protégé par un sujet historique. Ne manquez donc pas d’abord (à tout seigneur tout honneur) Rémy Cogghe (1854-1935), né à Mouscron en Belgique et roubaisien dès son enfance, formé par l’ultra académique Cabanel, et son tableau le plus connu, le « combat de coqs en Flandre » (1889). Indispensable aussi de voir la « fouille en douane », et ce geste – nous n’en voyons que l’ébauche !-, qu’un gabelou contemporain ne pourrait se permettre de faire, ou encore le fort amusant et fripon dans ce qu’il suggère « Madame reçoit » (1908). Mais il n’y a pas que le remarquable Rémy Cogghe pour enchanter (et amuser) votre regard. Que dire de Julius L. Stewart ? Sa « Rédemption » vous montrera à droite du tableau la débauche – et la mort qui rôde près d’elle, probablement prête à mener en enfer les femmes et les hommes dépravés -, à gauche la pureté blanche d’une jolie jeune femme, fleur à la main, près de qui plane l’ombre rédemptrice de Jésus. On en reste bouche bée… D’autres tableaux vous séduiront, tels le « Marat assassiné » de Jean-Joseph Weerts (1880), ou encore « la Pensée » de Jean Despujols, inspiré tout à la fois par Ingres et la Renaissance, et bien d’autres encore. Terminons ce panorama rapide par une originalité : un excellent tableau, « Still life » (1958), de Robert de Niro senior -oui, le père de l’acteur américain-, dont le musée de la Piscine avait fait une rétrospective en 2005.

la_piscine_roubaix

Dans la salle de la figure moderne : A gauche de La Demoiselle au Luth des frères Martel, La Pensée (1929) de Jean Despujols (1886-1965). Au centre, Iphigénie (1935) de Louis Billotey (1883-1940)

Galerie 1 : Honneur aux peintres roubaisiens Rémy Cogghe (1854-1935) et Jean-Joseph Weerts (1847-1927)

Galerie 2 : Beaucoup de Prix de Rome, de pensionnaires de la Villa Médicis, d'académiciens parmi les artistes exposés à La Piscine. Reflets de la vie artistique de la seconde moitié du XIXème siècle et du début du XX ème, les collections de peintures de ce musée présentent des œuvres de qualités diverses mais toutes offrent l'intérêt de nous promener dans l'histoire de l'Art de ces deux siècles.


En complément, une brève visite en vidéo du musée de La Piscine

La Piscine - Musée d'Art et d'Industrie André Diligent<
23, rue de L'Espérance - 59100 Roubaix<

Horaires :
du mardi au jeudi de 11H à 18H
le vendredi de 11h à 20h
le samedi de 13h à 18H
fermé le lundi et les 1er janvier, 1er mai, jeudi de l'Ascension, 14 juillet, 15 août, 1er novembre et 25 décembre

Plan d'accès


Itinéraire depuis : Lille - Paris

Où séjourner à proximité : L'Hermitage Gantois hôtel 5 étoiles à Lille

Le site du Musée La Piscine
Pages :  
  • AVIS DE LA REDACTION

  • 0

LES DERNIERS ARTICLES DE LA RUBRIQUE : FRANCE MUSEES

classés par :
 

NUAGE TAGS

LES NOTES TENTATIONS

POURQUOI PAS

BIEN

TRES BIEN

REMARQUABLE

EXCEPTIONNEL

 

RECHERCHE

 

DERNIERES VIDEOS

piscine
 
 
st malo petit be
 
 
grand_hotel
 

PUBLICITE

La Piscine - Roubaix
Musée d'Art et d'Industrie André Diligent
Fine Art TV
Fine Art Tv est dédié au monde de l'image et au domaine artistique. Chaque semaine vous partagez avec nous le meilleur des courants artistiques
Palais des Beaux Arts de Lille
Un des musées les plus intéressants de France

LES TWEETS DE LA REDACTION

GALERIE PHOTOS

chartreuse_pavieparc_montsourisfougeres_sur_bievre
mette_ribeauvilledecoret_vichyla_piscine_roubaix
brierebreteschehotel agapa